Accueil / Cérémonies / 2019 / Notre Saint-Michel 2019 à Plogonnec

Notre Saint-Michel 2019 à Plogonnec

SAINT MICHEL 2019 DIGNEMENT CÉLÉBRÉ ET FÊTÉ

Après Landerneau, le bureau de la section a souhaité célébrer la Saint Michel à Plogonnec, petite commune dynamique proche de Quimper, mais surtout fief de notre ami Raymond Quelven.

D’emblée les premiers contacts avec les responsables de la ville, ont été cordiaux et emprunt d’un grand respect mutuel. C’est ainsi que durant plusieurs mois, le dossier Saint-Michel 2019 fut monté. Contact avec la DGAC de Brest, l’Ecole des Troupes Aéroportées de Pau, etc … 

Finalement c’est le dimanche 06 octobre, que tous nos efforts voient le jour.

La veille une équipe du bureau a accueilli le détachement de Pau, à sa tête le capitaine Yannick B. Après une rapide reconnaissance de la zone de saut, les paras sont dirigés vers le gîte, chez monsieur LE GALL où ils doivent passer la nuit. Prenant soins de nos invités, ils sont cordialement invités à dîner dans un restaurant du coin. La météo du moment est assez scabreuse, plafond assez bas, mais surtout beaucoup de vent soufflant par rafales. Face à cette situation, les chuteurs nous demandent s’ils pourront effectuer un saut ” repère” dès demain matin, sur la commune de Guigriff. Bien entendu leur demande est acceptée. Finalement pour demain, l’avion décollera de Guisgriff et rejoindra directement la zone de saut de Plogonnec.

Le jour J, bien avant dix heures du matin, les premiers véhicules de nos adhérents arrivent. Très rapidement le placide de l’église Saint Thurien se teinte de rouge, noir et vert. Manifestement les paras sont en grand nombre sur zone.

Derniers contacts avec l’équipe paroissiale, et le responsable de la chorale. Chacun à sa place est prêt à donner de lui-même.

Dix heures trente, le Père Claude CAILL, sourire aux lèvres nous accueille sur le perron de l’église. Le cérémonial peut commencer. Tandis que, l’Hymne à Saint-Michel se fait entendre dans le cœur de l’église, les quatorze porte-drapeaux présents s’enfoncent sous la nef. A son tour le Père CAILL suivi des autorités civiles et d’une centaine de bérets rentre dans l’édifice et rejoint l’autel. Tout est parfaitement orchestré et géré, il est temps pour la bannière St Michel et sa garde d’honneur de rejoindre le cœur de l’église. Près de trois cents personnes assistent à l’office. Grâce au livret de messe préparé conjointement par madame Madeleine SALAÜN et le président Alain, chacun peut suivre et chanter les psaumes choisis. A deux reprises durant cet office, les gens présents ont été sensibilisés. Deux moments forts, le premier lorsque notre sonneur Jean-Noël et l’organiste monsieur BOURHIS ont joué ensemble ” Amazing Grace” et dans un seul murmure la totalité des personnes fredonnent cette mélodie.

La fin de la messe approche, après une présentation de la Prière du Para, par notre président d’honneur Rémy, les paras se lèvent, mettent leur béret et entonnent cette sollicitation.

A peine sortie de l’église , drapeaux en tête, l’ensemble des participants se dirige, vers le monument aux Morts de la commune. Le maître de cérémonie est déjà en action , et indique à chacun son emplacement. L’espace assez restreint est bien rempli, de nombreuses personnes faute de place squattent la petite rue mitoyenne avec le placide. Tout est en place, la cérémonie peut commencer.

C’est en présence de monsieur Christian KERIBIN , maire de la commune , de monsieur Philippe PAUL , sénateur du Finistère, de madame Liliana TANGUY, députée de la 7ème circonscription, du lieutenant-colonel Cyril LEGRAND, commandant en second du groupement de gendarmerie du Finistère, de monsieur Sylvain LE BERRE, directeur de l’ONACVG, du chef d’escadron Erwann MARESCAUX, commandant la compagnie de gendarmerie de Quimper, du capitaine Guillaume BILLIOU, représentant le commandant de l’école de gendarmerie de Châteaulin.

Se positionnent juste derrière les autorités de nombreux présidents d’associations. C’est au son du clairon d’André, que la cérémonie commence. Le président Alain LE CLECH, lit le message du président national de l’Union Nationale des Parachutistes, le général Patrice Caille, et termine sa lecture par un vibrant et ” par Saint Michel ” repris en chœur par les parachutistes alignés face au monument.

A l’issue un hommage appuyé, est rendu au sergent-chef Pierre HEMON, ancien d’Indochine et d’Algérie, natif d’un village voisin. Pierre ayant été l’un des tous premiers adhérents de la section lors sa création en 1977. Sa veuve et son fils sont présents avec les anciens combattants de la commune.

Le dépôt des quatre gerbes s’exécute conformément et dans l’ordre souhaité : UNC-UNP-Maire et Députée. Après la sonnerie aux Morts, une Marseillaise comme rarement entonnée vibre sur la principale place de la commune. Pour marquer un peu plus ce temps de recueillement, deux sonneurs jouent “Amazing Grace”, une fois encore un murmure sortant des poitrines enveloppe l’espace feutré de notre cérémonie.

Il est temps de passer à la deuxième phase de la cérémonie. Jean-Luc CADIOU se voit remettre par le capitaine (er) Marcel CLEDIC, la croix du combattant et la médaille de la reconnaissance de la nation.

Après un petit cérémonial particulier, Jean-Luc CADIOU récupère le drapeau départemental de l’UNP, afin que Raymond QUELVEN, puisse se voir remettre l’insigne de porte-drapeau pour ses dix ans de fidélité dans cette fonction.

Le timing est très serré et c’est dans l’ordre que l’ensemble se dirige vers le porche où se déroule la photo de groupe, souvenir incontournable de cette manifestation. Il est temps de former le cortège et de rendre au stade municipal, où doit se dérouler la démonstration de saut

C’est le sourire aux lèvres, que les membres du bureau constatent que la météo permet que le saut de démonstration, prévu et offert à la commune de Plogonnec, puisse avoir lieu. Même si le ciel comporte plus de bleu que de nuages, les conditions pour sauter ne sont pas forcément évidente. Un vent soufflant par rafales, demande aux chuteurs, une prudence et une technique forte pour maîtriser ces éléments défavorables.

Finalement c’est vers douze heures quarante-cinq, que l’avion se présente au-dessus du stade. Plus de trois cents personnes sont derrière les balustrades. Les yeux fixés vers le ciel, les spectateurs peuvent apercevoir, les chuteurs sortir de l’avion. Ils sont à mille mètres d’altitude. Le chef de détachement, le capitaine Yannick BECHEREAU ouvre le bal et c’est l’adjudant féminin qui ferme la porte.

Les quatre voiles sont ouvertes, trois aux couleurs de notre drapeau et un quatrième entièrement blanc. Durant la descente, le moniteur resté au sol pour le marquage, indique et donne tous les éléments nécessaires pour arriver au sol dans de bonnes conditions.

Au fur et à mesure que les chuteurs touchent la pelouse du stade, des applaudissements nourris se font entendre.

A l’approche du parachute blanc, l’équipe de foot s’approche du centre du terrain. Car le ballon du match est accroché au harnais de la parachutiste. Symboliquement et en présence des autorités présentes, il est remis au capitaine le ballon.

Déjà treize heure vingt, et il est grand temps de rejoindre la salle l’Arpège où doit se dérouler le vin d’honneur.

Encore quelques minutes d’attention est demandé aux gens présents. Sur l’estrade se déroule la remise du diplôme de porte-drapeau à Raymond QUELVEN, par monsieur le Directeur de l’ONACVG, Sylvain LE BERRE.

Rémy FABRE, président d’honneur de la section, remet à notre ami Claude ROGNANT, la médaille du mérite UNP, échelon bronze. A noter dans la salle où nous nous trouvons une exposition itinérante consacrée au D-DAY, est joliment présentée. Notre ami Christophe COCHU et son équipe ont fait un excellent travail.

Le président Alain LE CLECH, remet à monsieur Christian KERIBIN et à madame Liliana TANGUY une belle médaille sur laquelle sont gravées les principales activités des parachutistes. De son côté le chef de détachement des parachutistes de Pau, reçoit un tableau représentant tous les principaux insignes parachutistes, toutes armes confondues.

Ce cadeau est destiné au Chef de Corps de l’Ecole des Troupes Aéroportées.

Les gorges sont sèches, il est temps de se rapprocher de la table où nos amis ont disposés les verres. Grand merci à tous ceux et celles, qui ont assuré le service.

Finalement cette mémorable journée se termine au restaurant ” Le Relais du Névet ” où cent cinquante personnes se sont inscrites : savoir-faire et ambiance para assurée. Grand merci aux sonneurs.

About VIEUX RAPACE

Vérifiez également

75ème Anniversaire des massacres de Pengerrec

Les combats de Gouesnou Après l’office religieux, hommage devant la stèle des parachutistes aux deux …