Accueil / Mieux nous connaitre / Livres, Revues, Témoignages & Vidéos / L’ESPRIT PARA, L’ESPRIT DE CORPS DES PARACHUTISTES,

L’ESPRIT PARA, L’ESPRIT DE CORPS DES PARACHUTISTES,

             j’aime beaucoup ce passage de  « Bruno »
        Hommage aux chevaliers paras de DIÊN-BIÊN-PHU

 

 

 

« Extrait de 
par Philippe Héduy »

Citation du Général Bigeard

A cette époque où, selon mon indicatif radio, je devenais Bruno, je ne savais pas encore que nous vivions les plus belles années de notre vie. Les plus belles parce que les plus dures. Elles étaient aussi les années les plus amicales, les plus orgueilleuses, et les plus solitaires :

Les plus amicales parce que nous étions, à la vie, à la mort, entre camarades ;

Les plus orgueilleuses parce que jamais autant nous n’aurions la fierté de notre tenue et de notre uniforme.

Les plus solitaires enfin, parce que nous menions en des terres lointaines un combat d’idéal, aussi ignoré de la métropole que celui des Croisés de la première croisade, il y a neuf cents ans, quand le moine Bruno, mon saint patron à la guerre, fondait l’ordre des Chartreux.

Oui, les camarades parachutistes, les solitaires parachutistes, les orgueilleux parachutistes étaient alors portés par un destin
semblable à celui des Croisés ou à celui des moines, des moines guerriers, des Templiers. 

Et j’imagine que, nonobstant l’armure, les chevaliers du Temple n’auraient pas été mécontents de sauter sur Jérusalem en arrivant du ciel, comme nous allions le faire tant de fois, de la RC 4 à la Plaine des Joncs, et de la Rue sans Joie à Ðiên-Biên-Phu.

Je crois que c’est en effet l’esprit – du moins un certain esprit, une certaine idée de nous-mêmes – qui nous permettait de nous
manifester ainsi, au plus fort des combats. On sait contre quoi, contre qui nous combattions : Contre un monde opposé à celui de l’esprit. Et puis, il y avait en nous autant de secrète vigueur de venir au feu en tombant du ciel qu’en parcourant des lieues à travers la jungle, la rizière ou la montagne. L’esprit nous animait.

L’esprit, d’abord, du dépassement de soi. J’ai vu combien de garçons de vingt ans, ou même de trente, s’agripper à la carlingue et sauter dans l’inconnu mortel alors que, deux ou trois heures auparavant, ils se trouvaient encore à Hanoï dans l’insouciance ou les plaisirs de quelque lieu de détente ! Et j’en ai vu combien marcher sur la piste jusqu’à l’épuisement ou courir à l’assaut jusqu’à la chute ! Je le dis : une telle vigueur physique n’est pas possible sans une ardeur morale. Jogging, certes, mais jogging avant tout du caractère et du courage.

Aller ainsi jusqu’au bout de soi, cela s’appelle l’abnégation, cela s’appelle l’esprit de sacrifice, et cela signifie que l’on défie la
mort en combat singulier, la mort qui est autour de nous tous. Je les salue, mes camarades parachutistes qui l’ont rencontrée sans peur. Leur mort est à jamais notre mérite.

L’esprit d’équipe ensuite, l’esprit de camaraderie. On dira peut-être esprit de caste, de clan, de corps. Soit, si cela veut dire que l’on a la volonté d’être les meilleurs et que cela ne vous est pas donné par quelque grâce d’état ou d’uniforme.

Oui, nous osions espérer être les meilleurs, mais les meilleurs parmi nos égaux, nos frères d’arme. Et, s’il y a caste du combat, clan de guerriers, si le parachutiste veut encore être aujourd’hui ce primus inter pares, c’est surtout à l’Indochine que nous le devons.

Après la Bretagne ou la Hollande, avant Suez ou Timimoun, et aussi avant Kolwezi, il y eut l’Indochine : That Khé, Tu Lé ou Ðiên-Biên-Phu furent les creusets où se forgèrent l’esprit, la geste et la chevalerie parachutistes.

Esprit français enfin. Cet esprit para qui devait jaillir du ciel d’Indochine, comme une corolle, a-t-on remarqué qu’il était
particulièrement représentatif de ce que le soldat français a toujours eu de meilleur en comparaison de tous les autres ?

L’astuce et la fougue, l’audace et la furia francese, l’intelligence du combat, le sens du terrain, le flair du danger, le goût de la
manœuvre, la souplesse de l’approche, tout cela qui rend le parachutiste français le plus para des aéroportés, là aussi ce primus inter pares parmi nos camarades du monde entier, tout cela naquit de la guerre d’Indochine.

J’ai souvent dit ou écrit, il faut « être et durer » ou encore  » faire un pas… encore un pas  » et savoir repartir à zéro.

Le vieux soldat que je suis devenu essaie de continuer à servir en puisant certes dans son passé, mais en ayant le regard fixé sur ce que pourrait être demain, et où là comme ailleurs les paras qui furent toute ma vie sauront défendre une liberté qui n’a pas de prix.

Marcel BIGEARD

Résumé de la biographie historique de la carrière du général Bigeard
D’après divers revues et documents historiques et des livres qu’il a écrit
 » Pour une parcelle de gloire, De la brousse à la jungle »
« Ma Guerre d’Indochine« , « Bataillon Bigeard à Tulè »

 

08 mai 2016 Quimper
08 mai 2016 Quimper
Saut à Plouarzel 2016
Saut à Plouarzel 2016
Assemblée Générale 2016
Assemblée Générale 2016
Insigne ETAP
Insigne ETAP
Cochon Grillé 2017
Cochon Grillé 2017

À Propos VIEUX RAPACE

Vérifier aussi

Saint-Michel 2017 à Douarnenez : Hommage à deux parachutistes

Douarnenez : Hommage à deux parachutistes morts au Champ d’Honneur A l’occasion de la Saint ...

Mort d’un Parachutiste du 13ème RDP

  C’est avec tristesse que notre section vous annonce la mort au combat de Adjudant-chef  ...

Dernier saut d’un Parachutiste SAS

Décès d’un des derniers SAS parachutés en Bretagne en août 1944 L’Association des Familles des ...

Gildas LEBEURIER , un centurion s’en est allé

                              ...

Saut à Quiberon 21 août 2017

70 ans : On peut toujours s’envoyer en l’air       Le 21 août ...