Accueil / In Memorian / Nos morts aux combats / Somalie / Hommage aux commandos tués en Somalie

Hommage aux commandos tués en Somalie

Patrice Rebouta été incinéré ce jeudi dans l'intimitéArticle de l’indépendant du 24 janvier 2013 à 16h44 par Corine Sabouraud

le capitaine Patrice Rebout tué en somaliePatrice Rebout a été incinéré ce jeudi dans l’intimité PHOTO/ HARRY JORDAN

Chagrin et fierté. Désespoir et abnégation. Sous le ciel gris de ce jeudi matin 24 janvier, le parvis de l’église Saint-Paul du Moulin-à-Vent à Perpignan est noir de monde. Noyé de peine et de tristesse.

Les parents de Patrice Rebout, sa compagne, son bébé Robinson, sa famille, des proches, les amis et les frères d’arme du capitaine mort au combat se sont rassemblés, unis, pour lui rendre un ultime hommage

Le glas retentit pour Patrice. Âgé de 38 ans, Perpignanais de naissance, ce brillant officier, comme le décrit le Général François Cann, ancien du 8e RPIMa de Castres, est «mort  au champ  d’honneur ».

Patrice Rebout était le chef du commando 

Chef du commando du Service Action de la DGSE basé au CPIS (Centre Parachutiste d’Instruction Spécialisée), chargé de mener le raid en Somalie pour libérer Denis Allex, également catalan et membre du CPIS, Patrice Rebout est tombé sous les balles des shebab.

Un autre soldat de son équipe a également succombé dans l’assaut final, fatal à l’ex-otage. Détenu depuis 3,5 ans, Denis Allex a été abattu d’une balle dans la nuque.

Quand ils s’engagent dans les services secrets, nos jeunes en connaissent les dangers et savent qu’ils combattront et mourront dans l’anonymat. C’est terrible. Ingrat. Mais Patrice est mort en véritable héros » témoigne le Général Cann.

Un héros qui arrive alors en cercueil porté par six soldats emmenant religieusement la dépouille de leur camarade dans l’enceinte de l’église. L’homélie est bouleversante.

Dans les paroles émues de son père Alain, ancien officier parachutiste au 8e RPIMa de Castres, Patrice renaît. Et apparaît tel un jeune homme patiné d’humilité, d’humanisme, de courage, de force. Plein de vie. Au tempérament de « leader », rappelle un de ses copains de la promotion « Général de Lanley » de Coëtquidan.

Tous Perpignanais et pères de famille

Des rangs serrés de la paroisse s’élèvent les pleurs d’un nourrisson. Le petit Robinson a 6 mois à peine. Certes “il fait désormais partie de la grande famille des armées”, souligne François Cann.

Certes mais Robinson ne verra plus jamais son papa. Denis Allex laisse également une épouse et trois enfants. Le troisième soldat victime cette nuit du 11 au 12 janvier des islamistes armés avait aussi une famille qu’il s’apprêtait à ne plus quitter. Également Perpignanais, il devait revenir dans le civil et prendre sa retraite le mois prochain. Saint-Michel, le protecteur des parachutistes, ne lui en a malheureusement pas offert le temps.

denis-allex_273512_516x343L’otage et agent de la DGSE Denis Allex était originaire des P-O et membre du CPIS, un bataillon terriblement endeuillé.

Captif depuis 3 ans, Denis Allex agent du service action de la DGSE basé à Perpignan, a été tué en Somalie lors du raid mené par ses frères d’armes dont deux “collègues” du CPIS également abattus.

About VIEUX RAPACE