Accueil / Cérémonies & Manifestations / 2017 / GOUESNOU: Massacre de Penguerec

GOUESNOU: Massacre de Penguerec

     GOUESNOU: Massacre de Penguerec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la veille de la bataille de Brest, il y a tout juste 73 ans, les soldats allemands tuaient 42 civils.

Jeudi 7 août, la ville de Gouesnou a organisé comme tous les ans, une cérémonie en souvenir des massacres sur les civils perpétrés par la Wehrmacht 73 ans plus tôt, au tout début de la bataille de Brest.

Ce même jour d’août 1944, alors que les 2e et 8e Divisions américaines ne sont plus qu’à quelques kilomètres de la ville, des résistants et un groupe de huit parachutistes français lancent un assaut dans le bourg, où ne stationnent plus que quatre ou cinq sentinelles allemandes, perchées dans le clocher de l’église.

Après l’échec de l’attaque, la riposte de la Wehrmacht prend des proportions rarement atteintes par des troupes régulières pendant la guerre : quarante-deux personnes sont raflées et sauvagement massacrées à la ferme de Penguérec. « C’est une cicatrice profonde dans l’histoire et l’identité de la commune, rappelle Stéphane Roudaut, le maire de Gouesnou. Plus qu’un symbole, cette commémoration est un devoir de mémoire. »

Hier matin, 73 ans après, Gouesnou et sa population ont rendu un hommage solennel aux suppliciés. Cette commémoration a débuté par une messe en l’église de Gouesnou, suivie d’un dépôt de gerbe au monument aux morts, en présence des porte-drapeaux et des représentants du Souvenir français.

A l’issue le cortège s’est arrêté devant la stèle érigée en l’honneur des deux parachutistes SAS tués lors des combats .

Monsieur Stéphane ROUDAUT, maire de la commune et le président de l’UNP du Finistère Alain LE CLECH déposèrent une gerbe au pied du monument.

Devant le monument de Penguerec, lieu même où se sont déroulés les massacres, Stéphane Roudaut, maire, et Jean-Charles Larsonneur, député, ont déposé chacun une gerbe, avant les hymnes et les chants avec la chorale Chanter pour le plaisir.

 

About VIEUX RAPACE

Vérifiez également

DRAKKAR 1983 – Il y a 35 ans

LIBAN 1983 Ils étaient venus aider l’armée libanaise à restaurer l’autorité du gouvernement et assurer …