Accueil / In Memorian / Nos morts aux combats / Afghanistan / Florian Morillon du 1e RCP

Florian Morillon du 1e RCP

Publié le 25/06/2011 08:48 | LaDepeche.fr

Pamiers. Les adieux solennels au caporal Morillon

Hommage au caporal Morillon, tombé en Afghanistan

Gérard Longuet, ministre de la Défense (à gauche)./Photo DDM.

Gérard Longuet, ministre de la Défense (à gauche)./Photo DDM.

Alors que la France vient d’annoncer son retrait progressif d’Afghanistan, le ministre de la Défense Gérard Longuet a rendu hommage au caporal Florian Morillon, 20 ans, mortellement blessé samedi, dans la Kapisa, hier, à Pamiers.

Huit parachutistes impeccables traversent la place d’armes du quartier Beaumont, dans un silence de plomb, portant le cercueil de leur camarade tombé samedi en Afghanistan, lors d’une patrouille dans la vallée de la Kapisa. Le drapeau tricolore a été posé par-dessus. Au garde à vous, les trois cents militaires du régiment le suivent du coin de l’œil, sans bouger un sourcil. Le ministre de la défense, Gérard Longuet, se détache du groupe de personnalités qui l’entoure et s’adresse directement au soldat tué au combat, louant les qualités d’un militaire qui forçait l’admiration de tous dès sa période d’instruction : « motivé, volontaire, professionnel », il avait choisi « une spécialité exigeante et difficile, celle de grenadier voltigeur », qui demande des qualités toutes particulières de courage et de réactivité. Engagé très jeune, à 18 ans, Florian Morillon avait décidé de rejoindre le plus ancien des régiments parachutistes de l’armée de terre, au passé prestigieux. C’était « un véritable soldat », qui a participé à des missions extérieures dangereuses, au Gabon et en Centreafrique, a rappelé le ministre de la Défense. Puis, se tournant vers les parents, le frère et la compagne de Florian Morillon, Gérard Longuet les a assurés de sa compassion, en tant que ministre, mais aussi en tant que « père de famille ».

« Jusqu’au bout de son engagement »

Il a aussi longuement défendu le principe de la présence française en Afghanistan, alors même que le retrait progressif des militaires qui y sont engagés a été annoncé : « Je mesure sans peine le sentiment d’injustice et d’incompréhension qui habite aujourd’hui sa famille et ses proches, a assuré Gérard Longuet. Cependant, je demeure convaincu de l’utilité de l’engagement de nos soldats, et de son sens

[…] Florian Morillon est allé jusqu’au bout de son engagement, sans jamais en douter ». Aujourd’hui, quelque 850 hommes et femmes du Battle Group Raptor, dont Florian Morillon faisait partie, continuent le travail de sécurisation aux côtés des ANSF (forces de sécurité nationales afghanes). Cette force est composée majoritairement de militaires du le 1er régiment de chasseurs parachutistes. Il est également renforcé par des parachutistes du 35e régiment d’artillerie parachutiste et du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, ainsi que part ceux du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban. Le BG Battle Group Raptor a pris officiellement en main le mandat d’été en Kapisa le 13 mai dernier. Une mission particulièrement dangereuse.


Décoré à titre posthume

Florian Morillon a été élevé au titre de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur par le ministre de la Défense. Il avait été nommé caporal à la suite de son décès tragique en opération, samedi dernier. De très nombreuses personnalités ont assisté, hier, à cet hommage solennel. Parmi elles, le préfet de l’Arière Jacques Billant, le maire de Pamiers André Trigano, le président du conseil général Augustin Bonrepaux… entourant la famille et les proches de Florian Morillon dans la terrible épreuve qu’ils traversent.


Mort à 20 ans en Kapisa

Engagé depuis trois ans au RCP, Florian Morillon avait rejoint les troupes en Afghanistan mi-mai. Le jeune parachutiste avait déjà servi deux fois en opération. D’abord de janvier à juin 2009 au Gabon, puis de mars à mai 2010, en République centrafricaine.

Il avait reçu deux médailles : celle d’Outre-mer avec agrafe « République centrafricaine » et la médaille de bronze de la Défense nationale avec agrafe « troupes aéroportées ».

About VIEUX RAPACE

Vérifiez également

Les paras encore touchés

Cinq militaires français et un interprète afghan ont été tués aujourd’hui dans ce qui semble …